Quid du yoga ?

Héritage précieux de l’Inde depuis plus de 3000 ans, le yoga est un art, une science et une philosophie de vie.

Le yoga apparaît comme une méthode proposée pour aider l’homme à se libérer de ses souffrances, vers la connaissance et la réalisation de soi. L’homme est ainsi considéré comme un tout, avec la prise en compte de son être dans sa globalité, touchant à chacune de ses facettes, que ce soit le corps physique, l’émotionnel, les pensées…

L’expérience intégrée par le corps dans une séance de pratique posturale (yogāsana) permet de se reconnecter à soi-même et de reprendre aussi bien la maîtrise de son corps, sa mobilité, sa flexibilité et sa stabilité sur les différents plans de l’espace, que la maîtrise de sa respiration et du contrôle des pensées, de l’esprit.

Entraîné dans la pratique régulière, ce qui est expérimenté sur le tapis se transpose dans le quotidien, vers cet équilibre, cette équanimité en toutes circonstances, et dans une joie limpide.

Le yoga est inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par l’Unesco depuis le 1er décembre 2016. La journée internationale du yoga est le 21 juin.

Ses bienfaits sont multiples, connus, et reconnus.


Timbre commémoratif de la Journée Internationale du yoga produit en 2017 par l’administration postale des Nations Unies.

Origine

Yoga vient de « yug », d’un point de vue sémantique «  l’attelage » qui permettait d’unir les chevaux, et par extension « l’union, le lien ». Le yoga est l’outil permettant de relier le corps et le mental.

Il est relié aux écoles de la philosophie indienne (āstika). Il est l’un des six points de vue (darshana) développé et d’ailleurs associé à un autre darshana, le Sāmkhya.

Il est présenté sous quatre voies, ou courants, (mārga) : Jñāna Yoga (voie de la connaissance et de la sagesse), Karma yoga (voie de l’action désintéressée), Bhakti yoga (voie de la dévotion), et Rāja Yoga ou yoga royal, représentant l’union des trois autres voies.

Le yoga s’est construit par transmission orale et écrite, et à l’origine entre ascètes, de maîtres à disciples. Si les écrits du Veda et du Vedānta portent ses racines, son éthique et sa philosophie, trois textes majeurs proposent les bases de sa méthode : les Yoga Sūtra de Patañjali (400 av. J.C. – 200 ap. J.C.), le Hatha Yoga Pradîpikā écrit par Svātmārāma (14e-15e siècles) et la Gerandha Samhita (17e siècle).

L’Ashtanga yoga de Patañjali

Dans les Yoga Sūtra,  Patañjali définira le yoga comme l’arrêt des fluctuations du mental : « yoga citta vritti nirodhah » (YS-I.2)

Il nous enseigne le yoga à travers l’ashtanga yoga, la voie du yoga à huit membres, ou étapes : « un code moral (yama), une règle de vie déterminée (niyama), la posture (āsana), le contrôle du souffle (prānāyāma), le retrait des sens (pratyāhāra), la concentration (dhārāna), la méditation (dhyāna) et la contemplation du Soi (samādhi) sont les huit membres du yoga ». (YS-II.29)

Ses huit membres constituent la discipline du sādhaka (pratiquant du yoga). Patañjali les a classé dans un ordre précis, néanmoins ils se mélangent, se complètent, s’imbriquent. Il nous montre ainsi un chemin et ses différentes étapes, que chacun peut suivre à son rythme.

Le Hatha yoga

Le hatha yoga puise son origine dans la tradition et s’inscrit dans le Rāja Yoga.

Hatha désigne la dualité complémentaire avec « ha » comme le soleil, ou la force positive, créatrice et « tha » comme la lune, ou la force négative, destructrice. Le terme hatha yoga signifie l’union et l’équilibre des énergies, des forces complémentaires. Et par analogie, la pratique du hatha yoga permet de relier le corps et le mental, vers l’expérience de l’Unité.

La voie pédagogique du hatha yoga propose dans sa méthode un juste équilibre entre la pratique du corps (āsana), le placement, le contrôle et l’expansion du souffle (prānāyāma), le placement juste des mudrā (positions des mains, sceaux) et des bandha (verrous, sceaux), et la méditation (dhyāna).

Si le hatha yoga peut nous amener à lever le voile de la connaissance (dépassement de l’ignorance) et à nous percevoir dans cette unité, il représente cette voie qui nous accompagne au quotidien, où nous aiguisons notre conscience pleine et entière, où nous nous appliquons au discernement et à l’action juste.

« En tonifiant et relaxant le corps, en apaisant le mental, le yoga nous met en contact avec la paix intérieure, qui est notre nature véritable. Telle est l’essence du yoga, c’est-à-dire la réalisation de soi. »

Śri Mahesh

Différentes approches

Le yoga s’est diffusé dans le temps et à travers le monde. Sa pratique s’est diversifiée au travers de propositions variées : hatha yoga, vinyasa yoga, kundalini yoga, yoga Iyengar, mantra yoga, yoga de l’énergie, yoga du son, yoga égyptien, yoga-thérapie, yoga flow, yoga intégral … Si chacune se place dans une approche définie, aux objectifs et moyens différents, elles arborent toutes la même finalité : la réalisation de soi.

Chacun trouvera sur son chemin, la pratique et le(s) professeur(s) qui lui conviennent.

« Vous pouvez m’écouter attentivement pendant des heures chaque jour, mais à moins de pratiquer, vous n’avancerez pas d’un pouce. Certaines choses ne peuvent se comprendre sans en avoir fait l’expérience ; il nous faut les voir et les sentir par nous-mêmes »

Swāmi Vivekānanda

La relation de confiance établie avec le professeur est un point essentiel dans la progression de l’élève. Le professeur l’accompagne vers cette liberté qu’offre le yoga, pas à pas, en lui apportant les moyens, un mode d’emploi de cette discipline pour cheminer seul, un accès vers son autonomie. L’élève reste toujours maître de lui-même, libre dans sa pratique. La responsabilité de prendre une posture ou non, de la garder ou d’en sortir, lui appartient.


Les enseignements reçus des textes traditionnels, les connaissances théoriques et pratiques transmises à leur tour par la FFHY et son fondateur Śri Mahesh, sont les bases de ma pratique, les racines d’où je puise ma méthode et ce que je peux vous transmettre dans les séances proposées.